Kamichu

Snapshot20060817214357

“Mitsue-chan, je suis devenue un dieu”

C’est sur ces paroles plutôt étonnantes que commence Kamichu qui se propose de nous raconter l’histoire d’une jeune collégienne devenue déesse. Pourquoi est-elle devenue déesse, de quoi est-elle la divinité; tout cela ne sera pas abordé. Car avant d’être une déesse, Yurie est une jeune fille typique, amoureuse, qui a de mauvaises notes et autres soucis divers. Heureusement pour elle, elle a de très bons amis en la personne de Mitsue et Matsuri qui l’aident à affronter ces petits tracas de la vie quotidienne et celle de divinité.

Snapshot20060818174821

Ce qui est magnifique dans Kamichu, c’est que le magique est normal. Pas étonnant que beaucoup comparent la série à un Ghibli et que certains titrent “si Ghibli avait réalisé une série télé…”. Pour ma part j’ai trouvé de nombreuses similitudes avec “Si tu tends l’oreille” et “Mon voisin Totoro”. Justement pour ce mélange de normalité et de magie qui crée un univers si particulier et pourtant proche de nous. Yurie a le pouvoir de voir les esprits (en plus de pouvoir voir les autres dieux), bestioles étranges qui regorgent littéralement dans sa ville. Car Kamichu prend place dans la ville d’Onomichi, au sud du Japon et très ancré dans la religion shintoïste. Cette religion est d’ailleurs omniprésente dans la série. Les millions d’esprits et de dieux que l’on peut apercevoir sont ceux du shintoïsme. Ce seront les conseillers, fans et même amis de Yurie tout au long de la série.

Snapshot20060818181517

En plus du genre “tranche de vie magique”, l’animé partage d’autres similitudes avec les anciens Ghibli. On a ainsi le thème du passage à l’âge adulte (le fait que Yurie devienne un dieu peut être tout simplement interprété comme le fait qu’elle devient une femme), Yurie avoue elle-même dans la série avoir grandi depuis ses débuts en tant que déesse; mais aussi beaucoup de romance, traitée de façon très douce et mignonne et qui progresse pourtant de façon notable tout au long de l’animé. Il y aussi cette nostalgie paisible qui flotte sur chaque épisode et qui, comme un bon Ghibli, nous aspire dans l’univers de la série et nous hypnotise. Mais bien sûr, Kamichu n’est pas qu’une copie d’un film de Ghibli et a aussi des thèmes propres : ainsi Yurie doit apprendre à marquer la limite entre sa vie de déesse et celle de jeune fille ou encore à résoudre certains problèmes sans l’aide de ses pouvoirs. Pouvoirs qui semblent d’ailleurs pratiquement illimités, Yurie n’a qu’à crier Kamichu (Kami pour dieu et Chu pour collégienne) et le travail est fait. Seul inconvénient, à la moindre petite utilisation des ses pouvoirs, ses cheveux poussent à une vitesse hallucinante et elle s’endort pour un bon moment.

Snapshot20060820145630

De gauche à droite en miko : Miko, Mitsue, Yurie et Matsuri

Moi qui n’aime pas beaucoup les animés du genre épisodique (un épisode = une histoire donc pas besoin d’avoir vu les précédents pour comprendre), Kamichu m’a enchanté au plus haut point. On ne s’ennuie jamais, même quand il ne passe rien, car tous les épisodes ont une petite touche d’humour et de kawaii justement dosées. Yurie est plutôt timide (elle rougit beaucoup) et son tic de se mordre le doigt quand elle est stressée est à tomber par terre avec un saignement de nez. L’animé nous fait voyager à chaque épisode, nous fait découvrir des nouveaux endroits merveilleux (ah l’épisode 2 où l’on découvre le monde des dieux en même temps que Yurie …) sans pour autant quitter le domaine du réel. Et même si vous vous emmerdez (ce qui m’étonnerai fort, vous aimez Ghibli ? Vous allez adorer Kamichu, ne réfléchissez pas !), l’animation extraordinaire vous fera écarquiller les yeux de merveille plus d’une fois. En plus des couleurs vives nécessaires pour faire vivre le monde fantastique dans lequel vit Yurie, l’animation est fluide et détaillée comme je l’ai rarement vu. Les mouvements des lèvres quand les personnages parlent sont hallucinants de réalisme et ne vous étonnez pas de voir les manches ou les cheveux des personnages bouger quand ils marchent. On voit même leurs épaules bouger quand ils respirent ! Kamichu est réalisé par Koji Masunari (Mr Read Or Die) et ses animés partagent tous la même qualité fabuleuse d’animation ainsi que le talent pour raconter l’histoire de personnages intéressants.

Snapshot20060818173659

Fanservice time !

A part Yurie les autres personnages sont tout aussi attachants : Matsuri me fait énormément penser à Haruhi car tout aussi survoltée et prête à tout pour arriver à ses fins et sa petite soeur Miko est tout simplement la “imouto-chan” la plus mignonne jamais vue dans un animé, Mitsue est comme la grande soeur de Yurie, toujours auprès d’elle et se plaignant constamment qu’il ne lui arrive jamais rien de bien (et la seule à avoir des gros seins), les parents de Yurie sont originaux, le dieu du temple de Matsuri, Yashima veut devenir star du rock et Tama, le chat parlant de Yurie, en plus d’être mignon, d’agir comme un humain et de se faire surprendre par Shoukichi le frère de Yurie, est doublé par Chiwa Saito !

Snapshot20060820145038

Cutest. Imouto-chan. EVER.

Pour couronner le tout, la musique est excellente (les BGM sont tout simplement superbes) et un des épisodes parodie Fight Club (Tyler Nyurden prononçant un “Nyank You” de toute beauté vous esquissera un petit sourire). Pour son originalité et son ambiance qui alimentera vos rêves pendant plusieurs semaines, je vous recommande vivement Kamichu. Quand à moi je le place dans mon TOP 3 animés sans hésiter.

Apr 11, 2006 – 335 Photos

(Si vous voulez vraiment voir à quel point l’animation est magnifique et les têtes mignonnes et/ou comiques que peuvent sortir les personnages …)

Edit : nouveau sondage, l’autre n’a pas eu de succès du tout donc j’espère que celui-ci fera mieux … Sinon courez regarder Higurashi No Naku Koro Ni c’est d’la boulette !

11 thoughts on “Kamichu

  1. Ah je voulais en parler aussi car j’ai reçu le premier DVD US il n’y a pas si longtemps.

    Je ferai un billet dessus probablement cette semaine :P

    Sinon je partage bien évidemment ton enthousiasme.

  2. J’ai été tenté aussi de prendre l’édition limitée du 1er coffret avec tous les goodies jolis mais inutiles XD J’attends donc ton article avec des photos j’espère ! Et puis plus d’articles sur Kamichu = plus de conversion auprès des non-initiés :)

  3. Je suis également fan presque sans réserve. Le presque vient de l’épisode 9 (ou 8 selon comment on compte), à propos du Yamato, que j’ai trouvé assez dérangeant, d’une façon qui gâte un peu mon appréciation de la série :-/.

  4. Merci PKRG pour le lien, j’avais entendu parler de ce caméo sur les forums AnimeSuki sans jamais voir de screenshot. Par contre mt-i, je ne vois pas en quoi l’épisode du Yamato est dérangeant … Je veux bien que tu m’expliques pourquoi :)

  5. Parce que la célébration de la grandeur militaire japonaise pendant la seconde guerre mondiale me met mal à l’aise? Si un film allemand évoquait avec nostalgie la fierté du jeune soldat de la Wehrmacht pilotant un char Tigre, ça ferait beaucoup de bruit. Mais au Japon, ce genre d’allusions passe inaperçu. Ce qu’on voit dans l’épisode du Yamato, c’est un témoignage de plus de la relation ambiguë et pas très saine que le pays entretient encore avec son histoire pendant la guerre.

  6. Merci pour ton explication. J’ai tout de suite compris ce que tu voulais dire avec l’exemple du film allemand et tu as entièrement raison. Vu l’ambiance féerique de l’animé, j’ai dû rien remarqué de méchant à son propos :)

  7. Je n’ai pas lu l’article, je me réserve la surprise pour quand j’aurai vu la série, mais les screen ne sont-ils pas pris sur la version mkv sortie récemment et légèrement déformée en hauteur ? Tu aurai pu remettre à la bonne échelle ^^

  8. Huum la version mkv n’était pas déformée en hauteur (je viens de vérifier) mais est une version widescreen. Media Player Classic prend automatiquement les screens en 704×480 expliquant pourquoi ils ont l’air croppés… T’aurai dit ça avant je les aurai modifiés mais maintenant j’ai la flemme :p

Comments are closed.