Martian Successor Nadesico

Grp29

Nadesico est une série assez ancienne (1996) que j’ai mis un certain temps à découvrir car, étant dans l’ensemble assez “nouveau” dans le monde de l’animation (je dois regarder des animés depuis, allez, environ 2 ans et régulièrement depuis 1 an), j’ai encore beaucoup d’animés d’exception à découvrir… C’est sûrement pour cela que je ne ressens pas cette lassitude que d’autres ont, ayant toujours un classique à découvrir après une bonne daube.

Cet animé m’a attiré lorsque j’ai découvert qu’un animé (mise en abyme FTW ?) occupait une place assez importante dans l’histoire. Après quelques recherches et ayant appris qu’en plus de parodier les animés de mecha/science-fiction, l’animé possédait aussi un très bon scénario avec plein de retournements de situation, j’ai sauté sur le premier torrent vu (et ouais ! C’est pas dispo en France malheureusement à l’exception du film dont je reparlerai plus tard) afin de voir si cette série était bien digne d’être appelée “classique”

ScreenShot051

AHAH !

Un petit résumé pour ceux qui ne connaissent pas : le personnage principal Akito Tenkawa, cuistot de son métier, se retrouve embarqué sur le Nadesico qu’il découvre commandé par son amie d’enfance Yurika. Le vaisseau surpuissant se rend sur Mars afin de secourir les derniers survivants de la guerre contre les Jovians dont Akito est un des rescapés. Durant le décollage, Akito découvre qu’il est pilote et donc qu’il est en mesure de piloter les Aestivalis, les mechas de l’univers de Nadesico. La mission ne se passe évidemment pas comme prévu et on en viendra lors de la série a en découvrir plus sur les Jovians mais aussi la Nergal cette association non-militaire qui a construit le Nadesico.

Grp19

La première chose m’ayant impressionné dans Nadesico, ce sont les personnages. TOUS sont charismatiques au possible et il y en a pas un pour lequel on ne se prend pas d’affection. Cela m’a “choqué” au départ car habitué à toujours avoir pas mal de personnages fades dans les séries récentes. Tout le monde a le droit à son développement et les rares qui n’en ont pas n’en restent pas moins attachants. Le design qui pourra paraître assez vieillot pour certains aident à créer cette sympathie pour les personnages, notamment féminins ^^. Puis il y a aussi la fameuse Ruri qui présente de frappantes ressemblances avec Rei Ayanami, mais même si celle-ci ne dispose pas de sa tchatche et de ses “baka”, elle reste quand même supérieur à sa “copie”.

Snapshot20060910140149

Le mélange des genres ensuite est une des forces de l’animé : l’histoire assez simplette dans l’ensemble dispose de révélations et de retournements de situations très bien dispersés dans la totalité du récit (ah ! cette mort dans l’épisode 3 qu’est-ce que ça m’a impressionné !) et nous colle au fauteuil pendant toute sa durée. Même si plein d’épisodes ne contribuent pas au développement de la trame principale ils restent très agréables à regarder car toujours plein de fraîcheur mais aussi d’action. A ce niveau j’ai été pleinement satisfait, même malgré son âge, les scènes restent très dynamiques et bien réalisées. La fraîcheur, elle, est apportée par l’humour omniprésent : que ce soit la bêtise de Yurika, la docteur Inès Fressange qui ne peut pas s’empêcher de tout expliquer ou même l’éternel meilleur ami que l’on oublie tout le temps Jun, tous les personnages ont un caractère délirant et des relations explosives qui contribuent à l’atmosphère joviale de la série. Elle s’applique de plus à tout le temps rajouter des personnages (utiles) tout au long de l’histoire faisant en sorte que l’on ne ressente aucune lassitude.

071506

L’équipe de Gekigangar

Le côté parodique, lui, est amené par l’omniprésence d’un animé dans l’univers de Nadesico : Gekigangar. Gekigangar est un vieil animé de robots (ressemblant fortement à Goldorak) dont Akito est fan et qui est vraiment exagéré au possible dans son côté nekketsu et de ce fait hilarant. Tous les personnages finiront fans de cet animé et il servira souvent de comparaison avec ce qui se passe dans la série. Là où Nadesico fait fort c’est que Gekigangar a en fait un rôle très important dans toute l’histoire comme on le découvre plus tard et je vous laisse la bonne surprise de découvrir lequel. On a aussi un côté romance plutôt bien dévéloppé avec toutes les filles (Yurika et Megumi pour les principales) qui tournent autour d’Akito (au grand dam des autres personnages masculins…) et donc tous les drames qui vont avec. Entre les scènes de combats et de rigolade, ça passe très bien et comme on se soucie vraiment des personnages, on en redemenderai presque.

Snapshot20060910151710

Les opératrices du Nadesico : Minato, Ruri et Megumi

Le seul “point noir” dans tout cet étalage de qualité est la fin non-conclusive de l’animé qui nous laisse énormément sur notre faim ! Les amateurs voulant se rabattre sur le film prenant place après la série seront bien déçus car, sans avoir jouer au jeu Saturn (qui couvre quand même trois ans d’événements), il est impossible de comprendre un traître mot de ce qui se passe. Je renvois les possibles intéressés à DVDAnime.net qui a fait un petit récapitulatif. Mais même en ayant lu cela avant le visionnage, ce film ne m’a pas plu car disposant d’une histoire peu intéressante et éloigné de l’esprit délirant de la série. Le pire étant que le film non plus n’a pas de fin satisfaisante pour l’univers Nadesico ! A part pour la jolie réalisation, c’est vraiment une déception.

Snapshot20060910115622

Fanservice time !

Nadesico fût une découverte plus qu’agréable pour moi et je range facilement cette série dans mon top 10 : les persos fabuleux (je suis vraiment sous le charme), l’histoire compliqué juste comme il faut, l’action, le drame et l’humour omniprésent de la série vous envoûtent et vous font passer un véritable moment d’anthologie. Je regrette vraiment pas d’avoir fait ce voyage avec l’équipage du Nadesico et j’ordonne à quiconque n’ayant pas encore vu cette perle de le faire bientôt sous peine de louper de très bons moments !

Snapshot20060910120407

Megumi LOVE ! Les filles de cet animé sont fantastiques je vous dis !

2 thoughts on “Martian Successor Nadesico

  1. YOU GET TO BURNIIIIIIIIIING!

    *hum*

    J’ai vu Nadesico il y a pas longtemps aussi (début de l’année), et la série roxx ^^ Dans mon top10 à moi aussi =)

    J’ai eu droit à un résumé “détaillé” de Blank of 3 Years (Je peux t’envoyer le fichier texte qu’on m’avait passé si je le retrouve) me suis fait le film et j’ai juste vu l’opening du jeu Dreamcast qui suit le film… Bon en gros les scénaristes ont oublié que c’était une comédie après, et le film vaut pas grand chose (Allez ouais, on va perdre un tiers du film à aller rechercher le vieil équipage!)

    Le scénar du film était pas spécialement mauvais mais ça manquait de rythme, d’accroche…

    Enfin, je perds pas espoir, ptet que pour les 10 ans de la série on aura une annonce de films faisant un retelling alternatif qui continuera avec des éléments nouveaux par une compagnie qui croit toujours être la meilleure… (Ah non, c’est pas la Gainax… Je préfèrerais ceci dit, je hais ouvertement Xebec depuis Negima)

    Ca fera 10 ans en octobre que la série a débuté :x

    Ah, et j’ai mis facile 3 mois à m’habituer au look de Ruri version film xD

  2. Je veux bien le fichier texte si tu le retrouves :). Le film m’a surtout énervé car en plus de l’histoire pas top-top il y a encore une fois pas de conclusion o_O. D’où l’impression d’avoir “gaché” 1h30 de ma vie…

Comments are closed.