Jump Up AniImp v.2 – Geass Edition

Zero

Deuxième édition de mon journal de visionnage, bien chargé bien sûr étant donné le nombre de semaines écoulées depuis le premier opus ! Du coup, j’ai vraiment plein de choses à raconter en commençant par les deux derniers épisodes de la saison 1 de Code Geass, dont j’ai déjà pu vanter les mérites.

Code Geass 24–25 :

Que dire si ce n’est un gros “WOW !” ?. Je suis bien fier d’avoir comparé Code Geass à l’équivalent “animesque” d’un gros blockbuster américain tant ces deux épisodes me donnent raison. Pas le temps de souffler, on s’en prend vraiment plein la face, que ce soit au niveau de l’action ininterrompue ou bien des retournements de situation dont sont truffées ces 40 minutes. Tout s’enchaîne vite, trop vite même pour qu’on ait bien le temps de réaliser tout ce qu’il se passe. On peut quand même noter nombre d’élèments intéressants dont certains seront sûrement bien exploités dans la saison suivante :

[spoiler]Suzaku, Orange-kun (excellentissime d’ailleurs) et Nina qui pètent complètement les plombs, Zero qui démontre encore une fois que son véritable but est envisagé avant tout pour sa soeur et qui n’hésite pas à laisser ses Chevaliers Noirs seuls sur le champ de bataille (c’est vachement intéressant de voir d’ailleurs qu’ils ne sont absolument rien sans Lelouch et que le combat tourne en leur défaveur dès l’instant où il n’est plus là pour tout coordonner), Ohgi qui se fait tirer dessus par Viletta qui retrouve sa mémoire et qui par la même occasion se souvient que Zero=Lelouch, Shirley qui semble aussi retrouver la sienne peu à peu, le passé de C.C. qui nous ait peu à peu dévoilé avec des images troublantes qui ressemblent fort à une de nos Guerres Mondiales mais encore le mystérieux V.V. qui semble avoir emmené Nunally à l’endroit où se trouve en permanence l’empereur (sûrement l’un des évènements les plus intéressants, l’empereur a-t-il un Geass ?) et bien sûr ce superbe cliffhanger final où Kallen et Suzaku apprenent la vérité (c’est moi où Kallen semble avoir envie de tirer sur Lelouch ?) ou encore le mystère qui entoure la mort de la mère de Lelouch, Marianne (d’ailleurs, je vois vraiment pas pourquoi elle aurait renvoyée ses gardes si elle savait qu’elle allait se faire attaquer…) ![/spoiler]

Le cliffhanger final est tout simplement odieux et nous fait maudire Sunrise d’oser nous laisser patienter jusqu’à la saison 2. D’après ces deux épisodes, on peut espérer que celle-ci se concentrera plus sur les relations entre les personnages et sur les nombreux mystères soulevés tout au long de la première saison. Il y a de toute façon encore des tonnes de choses à raconter pour la suite et je serai donc au rendez-vous, en espérant qu’elle soit aussi fun et captivante que sa préquelle !

Romeo X Juliet 12–16 :

Je suis plutôt déçu par l’animé, même si je continue à regarder chaque épisode avec plaisir. Après l’épisode 11 très niais, le duo 12–13 relève grandement le niveau car tragique à souhait, bien dans l’esprit de l’oeuvre et de celui que l’animé semblait prendre au départ. On a donc le droit à une éprouvante capture de nos héros suivie bien entendu par le sauvetage obligatoire de la belle, rythmé comme il le faut, et d’une déchirante séparation de nos amoureux. Ces deux épisodes s’appliquent également à mettre en valeur la relation qui semble lier Escalus et Juliette, celle-ci réagissant plutôt bizarrement au contact de l’arbre. Le relation me parait pour l’instant évidente (Juliette doit être remise sur le trône car c’est la seule à pouvoir faire régner le bien sur Neo Verona et qui ne gaspillera pas les pouvoirs de l’arbre ou du moins le fera au service de la cité) donc j’espère être surpris en bien. Malheureusement, après ces épisodes très sympathiques, les trois suivants ne sont malheureusement pas très excitants et réussissent l’exploit de faire du filler dans une pièce de Shakespeare… Le 14 et le 15 sont remplis de clichés et de bons sentiments et servent soi-disant à donner des “leçons” à Roméo et lui faire réaliser à quel point son pape est méchant mais c’est très mal traité et du coup on s’emmerde sec. Le 16 relève pas le niveau, en plus d’être affreusement animé et dessiné (enfin c’est surtout très inconsistant), il ne fait aucunement avancer l’histoire (Hermione, méchante ou pas ?) alors qu’on est quand même proche de la fin et que les choses devraient commencer à s’emballer un peu !

RomeoXJuliet - 13 - Large 03

Bref, j’espère que le scénario va bientôt décoller et qu’on va bientôt avoir le droit aux retrouvailles de nos tourtereaux et surtout un peu plus de tragique et d’épique ! La fin se rapprochant à grand pas et ne voyant toujours pas vers quelle sorte de conclusion on va arriver, il faut vraiment que Gonzo se bouge les fesses pour pas ruiner tout le potentiel qu’il a entre les mains.

Seirei no Moribito 12–16 :

Snapshot20070720161909

Snapshot20070720163144

Contrairement à Romeo X Juliet, Seirei no Moribito avance petit à petit ! Après un épisode 12 encore très tranche de vie, l’épisode 13, même s’il ne fait pas avancer le scénario, a le mérite de nous offrir un superbe combat de Balsa qui nous laisse encore une fois bouche bée tellement il est fluide, dynamique, bref magnifiquement animé. Le trio 14 à 16 est vraiment excellent car on peut y sentir le scénario se développer petit à petit tout en offrant des éléments de réponse intéressants (tout ce que l’on apprend sur l’esprit de l’eau et la mythologie allant autour ainsi que les bouleversements que cela va engendrer pour le royaume). Le 16 promet énormément pour la suite car il signe le retour de nos guerriers (ceux de l’épisode 3 hein) et donne l’impression sure que ça va bien bouger dans les épisodes suivants. Soyons certains que tous ces épisodes passés à développer les personnages ainsi que le contexte historique du monde de Seirei no Moribito seront utiles pour la suite qui, je le répète, risque de grave déchirer sa reum.

Snapshot20070720163636

J’attends donc impatiemment les épisodes prochains, le scénario semblant s’être enfin mis en place et au vu de la qualité à laquelle on a été habitué jusque là, je pense qu’on peut dire sans se tromper qu’ils risquent d’être passionnants. Vu le nombre de romans disponibles au Japon, je commence même à me demander si on aura pas le droit à 52 épisodes !

School Days 2–5 :

I SEE WHAT YOU DID THERE !

Je suis vraiment surpris en bien par cet animé à chaque épisode qui arrive à maintenir une grande dose de réalisme dans son scénario et dans le comportement des personnages. Comme prévu, on se dirige pas vers une comédie romantique classique et le drame commence à pointer son nez dans les deux derniers épisodes, surtout à cause des choix discutables de Makoto. Les relations entre les personnages évoluent vite et de manière fort intéressante (cf la fin de l’épisode 5 ^^) et je pense que ça devrait péter d’ici peu. Bien que Makoto soit un gros con qui néglige sa copine pour en draguer une autre, son personnage agit de manière un tant soi peu réaliste, c’est-à-dire comme un homme ! On comprend bien vite que son but est avant tout d’amener une des deux filles dans son lit, et que devant la réticence de Kotonoha, il se tourne vers Sekai qui est beaucoup plus entreprenante. L’animé cherche à faire passer le sentiment qu’il est amoureux de Sekai mais je suis pas totalement convaincu : qui irait mettre la fin aux fesses devant tout le monde à la piscine publique à la fille qu’il aime ? Il me donne de toute façon plus l’impression de la regarder avec envie qu’amoureusement. J’ai en tout cas très hâte que Kotonoha apprenne tout ce qu’il se passe (ben ouais elle va forcément être au courant sinon ça serait pas marrant !) parce qu’elle, la pauvre, est en tout cas folle d’amour pour Makoto. Je me demande s’il va réussir à l’attirer dans son lit ou alors, s’il est vraiment amoureux, va continuer à sortir avec elle comme de rien n’était…

Enfin bref, JE VEUX LA SUITE ! J’en profite pour reconseiller cet animé décidément très sympathique, loin d’être niais et plutôt original dans son genre. Si vous voulez une histoire d’amour un tant soi peu réaliste (j’ai dit un tant soi peu hein…), foncez !

Nanoha StrikerS 10–15 :

Snapshot20070802175826

Heureusement pour nous autres fans, StrikerS s’est grandement amélioré ! Même si on atteint toujours pas des sommets, ces épisodes développent pas mal le scénario et laissent entrevoir une dernière partie qui devrait cartonner sec ! Le 11 et le 12 sont excellents, remplis de baston et d’explosions gigantesques comme on les aime et Nanoha, Fate et Hayate se joignent enfin à l’action. On fait aussi connaissance avec la bande de méchants, plutôt charismatiques et qui opposent une résistance de taille. La suite est moins intéressante, on y blablate beaucoup mais pose tous les éléments qui vont être utilisés lors du dénouement. Je suis vraiment plein d’espoir parce qu’avec tous les héros et méchants à disposition et surtout le scénario complexe qui est mis en place, je pense qu’on peut s’attendre à un final vraiment excellent et captivant. J’aime bien tous les petits évènements politiques qui sont développés et qui laissent penser que notre brigade ne va pas avoir que les Numbers à affronter… A noter aussi l’apparition d’un nouveau personnage, la petite et toute mignonne Vivio qui en 3 épisodes devient plus attachante à nos yeux que Teana, Subaru, Erio et Caro réunis ! J’ai aussi apprécié l’insertion de Ginga dans la brigade, qui est également un personnage sympathique et surtout plutôt puissant; la voir se battre devrait être un véritable plaisir au vu de son bref combat contre Subaru dans l’épisode 15.

J’attends donc le retour de mes combats bien bourrins de pied ferme et d’après ce qu’on m’a dit, l’épisode 17 est vraiment excellent dans ce genre, retournements de situation en plus à la clé. Vraiment dommage donc qu’il ait fallu se taper 12 épisodes insipides pour que Nanoha StrikerS se révèle du niveau de ses préquelles…

Hayate no Gotoku 13–18 :

RON RON RON RON !

Pas grand chose à dire ici, l’animé ne s’améliore malheureusement pas vraiment. On oscille entre les épisodes avec quelques gags vraiment excellents (surtout le 13 qui était pas mal avec tous les gags avec Klaus et le coup des singes plutôt drôle et le 15 qui nous présente l’extraordinaire Himuro qui n’apparait cependant que brièvement…) et d’autres franchement inégaux et peu intéressants (tout le reste quoi). Y a toujours des tonnes de référence (dans le 17, Haruhi et Akagi et dans le 18, Code Geass) qui, quand on les reconnait, font sourire mais dans l’ensemble, Hayate no Gotoku est simplement divertissant et non pas hilarant comme on pourrait s’y attendre d’une comédie si connue.

Bref, on change pas une recette qui marche, Hayate reste regardable et fait passer le temps tout en étant loin de me détendre vigoureusement les zygomatiques. Je regarde uniquement parce que j’ai justement le temps, mais pour ceux qui hésite à commencer, vous pouvez à mon avis vous en dispenser.

Nagasarete Airantou 12–16 :

Snapshot20070728150638

J’ai réussi à reprendre goût à Nagasarete Airantou 0/. Faut dire qu’on a le droit ici à une fournée d’épisodes particulièrement bons et marrants. Le 12 met à l’honneur Machi, l’un des personnages les plus originaux et attachants du harem, donc l’épisode est forcément bon. Le 13 était bien absurde (les déguisements sont vraiment à tomber :D) et surtout très fun et déjanté et le duo 14–15 se concentre sur le nouveau personnage Mei Mei (sans oublier Toono !) qui rejoint le camp assez restreint des personnages qui font rire et qu’on aime bien ! Seul le 16 est plutôt mauvais car essayant d’être sérieux et de développer le temps d’un épisode un scénario. Faudrait rappeler aux Monsieurs qu’on est dans une comédie et qu’on la veut surtout délire au possible ! On peut aussi remarquer que Suzu semble prendre progressivement conscience de ses sentiments pour Ikuto, donc je suppose que la fin sera plutôt axé romance, voire faussement dramatique, à mon plus grand déplaisir…

A mon plus grand étonnement, j’ai énormément apprécié ces derniers épisodes de Nagasarete Airantou et les ai regardés avec grand plaisir. J’arriverai pas très bien à expliquer pourquoi, contrairement à Hayate, la lassitude a disparue, peut-être est-ce tout simplement parce que les personnages à l’écran étaient les plus sympathiques tandis qu’Hayate n’exploite que trop peu ses personnages secondaires (Hinagikuuuuu !).

Seto no Hanayome 13–17 :

Snapshot20070728125637

Snapshot20070720191238

Je ne pourrai jamais le dire assez apparemment : regardez cet animé ! J’ai du mal à croire que Seto no Hanayome me fasse toujours autant rigoler après 17 épisodes. On plonge dans les abimes du ridicule et de l’absurde à la moindre occasion, les épisodes 13 à 15 gagnant le gros lot sur ce coup-là. Que ce soit le “Open your mind” ou “Fresh !” du papa de Luna , le kamikaze en plein mariage, la séquence Henshin, la chanson dansante et la séquence à la Kill Bill du 13 ou encore les trois hommes de main et “Brittany” (haha !) dans le 14 en passant par “Bunta Willis” et la limousine chez l’opticien dans le 15, on a le droit à de véritables séquences d’anthologie qui resteront à jamais gravés dans la mémoire du pauvre spectateur hilare devant tant de connerie. Le 16 est pas mal avec notamment l’arrivée d’un nouveau personnage et le gag du “Saru Visor” qui m’a fait éclater de rire mais reste moins marrant dans l’ensemble. Pareil pour le 17 qui recycle un peu trop les gags (en plus de l’ajout d’une voix off tout à fait inutile et peu drôle) et qui oublie notre duo d’enfer San/Nagasumi. Mais globalement, la teneur en pure “WIN !” de ces épisodes reste exceptionnellement haute et je prie, oh oui je prie, pour que le manga arrive en France une fois l’animé fini.

Snapshot20070720191811

Snapshot20070720185848

Ce qui est bien avec Seto no Hanayome, c’est que peu importe la journée de merde que je peux passer, il suffit que je regarde un épisode pour rire comme un demeuré et retrouver ma bonne humeur. J’espère que Gonzo n’hésitera pas à replonger la tête baissée dans ce genre de comédie parce que putain, on peut dire qu’ils les réussissent !

Umisho 2–4 :

Snapshot20070720153103

Snapshot20070720154304

Ahhhhhh, mon petit plaisir coupable de l’été ! Ces 3 épisodes réussissent donc à élever encore plus la dose de fanservice et l’épisode 4 atteint des sommets dans le genre. Vaut mieux assumer quand on regarde ça parce que si on vous choppe, vous êtes bien parti pour passer pour un gars vachement louche ! Toujours est-il que le fun reste là, on a le droit à nombre de situations irréalistes pour nous faire marrer, Amuro est toujours aussi naïve et candide (certains diront conne) et y a du fanservice en masse (j’l’ai pas déjà dit ça ?). Puis quand même Shizuoka, elle déchire.

Snapshot20070720152446

Bref, on aime ou on déteste, ceux qui regardent savent pourquoi et les autres se désespèreront que cet animé ait jamais vu le jour. Moi je suis fan et je tiens à signaler que Makio ressemble à Azuma Kazuma de Yakitate!! Ja-pan. C’est dit.

2 thoughts on “Jump Up AniImp v.2 – Geass Edition

  1. Bon Code Geass l’attente fut trop longue mais j’ai pas été déçu. Bon on a un cliffhanger pire que celui du 23 mais le contraire m’aurait surpris.

    Hayate l’annonce des 52 épisodes m’a un peu refroidi mais pour le moment c’est toujours sympa à suivre.

    Nagasarete Airantou est toujours délirant grâce à sa superbe galerie de personnages (préf. pour Machi , Ayane et Rin perso ^^).

    Seto no Hanayome est sans doute la meilleure comédie de l’année mais j’ai l’impression que pas mal de monde passe à côté.

    Pour RxJ, Seirei et Umisho je suis à la bourre.

  2. C’est bien vrai pour Seto no Hanayome, j’ai aussi cette impression que peu de monde regarde et que beaucoup se sont découragés après les premiers épisodes bien inférieurs au reste de la série. J’ai même lu des avis comparant cet animé à Nagasarete Airantou alors qu’ils n’ont rien à voir ! Mais tant pis pour eux après tout XD.

    En parlant de Nagasarete Airantou, j’aimais bien Rin jusqu’à très récemment, avant que je ne me rende compte que les épisodes la concernant faisaient bien souvent parti des moins marrants. J’ai aussi une préférence nette pour Machi/Ayane et récemment pour Mei Mei 0/.

    Pour RxJ, pas besoin de te dépêcher, tu pourrais même attendre que le scénario s’envenime un peu avant de reprendre, au risque d’être déçu… Pour le reste, fonce !

Comments are closed.